Claudie au rapport !

 par Fred

26
07 | 13

Ce soir, Claudie est mise à contribution pour le résumé de la journée. Mais, elle commence son récit par la fin de journée d'hier Jeudi.

Au moment où Sylvie a fait son résumé, le groupe n'était pas encore allé manger.

Le repas d'hier soir a eu lieu à la Crêperie de l'Espérance à Saint Saulge (Côté: 3 grattons!).

Claudie a reconnu dans cette crêperie la patronne. Elle l'avait déjà vu. Oui, elle se rappelle qu'elle a été sa prof d’amabilité. C'est pas peur dire le niveau d'amabilité de la personne.

Regardons côté assiettes, rien à dire. C'était bon. Mais rien d'extraordinaire non plus. La surprise de la crêpe salée fut au moment de l'addition.

Pour habituellement gagné du temps, les 9 patineurs comptent ce qu'ils consomment. Mais, lorsque Miss aimable arrive avec la somme de leurs consommations, 20 euros d'écart. Impossible d'avoir une vraie addition. Juste 3 bouts de papier jetés sur la table. Les papiers de prise de commande. Impossible d'obtenir une ticket de caisse ou un papier avec les consommations. 30 minutes plus tard, la personne finit par refaire l'addition. Sur le ticket toujours pas de détails, uniquement "vente à emporter". Et, plus que 4 euros d'écart toujours inexpliqués. Fatigué par leur journée et la mauvaise foi, ils finissent par remettre la main au porte monnaie.

Et, on peut comprendre la combine: on ne saisit rien en caisse. On passe tout en vente en emporté. On met des trucs en plus qui ne sont censé ne pas se voir sur une addition divisée par 9 personnes. Une façon de se faire son pourboire et arnaquer l'état.

DONC, une commerçante à éviter dans ce village !!!!!!!!

Sa note sur le guide des randonneurs : 3 grattons !

Ce matin pas de crêpes au petit déjeuner. Une matinée bien orageuse et pluvieuse. La météo n'était pas favorable au roller. Et, si la météo avait été le seul frein à la motivation. Le gratton était plus que jamais au rendez-vous de cette étape. Comme hier des paysages de campagne bien sympa mais des routes peu favorables à la pratique du roller.

De beaux passages en forêt, de belles maisons en bois. Camille et Arno ont pu se projeter un peu plus dans leur rêve: une maison en bois.

Arno aurait bien mis 1 ou 2 buches de bois dans le sac à dos de chacun pour commencer sa construction plus rapidement, mais, pas le temps de s'arrêter.

Un peu plus loin, l'arrosage d'un champ les a motivé à rester immobile sur la route dans l'espoir de se faire arroser. Mais, après 3 passages du jet, ils n'ont pas réussi à se faire mouiller. Ils ont du s'arrêter dans le cimetière du village pour se ravitailler un peu en eau et surtout se mouiller.

La chaleur était revenu l'après-midi, les patineurs regrettaient presque la pluie du matin.

Un agriculteur leur annonce que la route qu'ils débutaient venait d'être bitumée 3 jours avant.Et, que cette route était recouverte de graviers. Effectivement, il disait vrai le monsieur. 6 kilomètres de pur grattons et de gravillons. En sortant de cette route, ils croisent la balayeuse qui venait retirer les surplus de graviers. Trop tard!

Dans l'après-midi, dans un petit village, un maraicher. L'occasion d'acheter quelques fruits et de se désaltérer. Sauf pour Reno qui en opposition à Arno n'aime pas les fruits et les légumes. Les Arnéo sont les 2 pôles d'un aimant. Toutefois, Reno se laissera tenté par un melon. Un melon entier pour Reno, c'est comme si Arno mangeait une côte de boeuf. Mais, il l'a mangé, lui !

En arrivant sur Bourges, trop de circulation et trop dangereux pour arriver au camping. Alors pour quelques kilomètres, tout le monde dans le minibus.

Mais, ne confiez pas un code à usage unique à Camille. Elle a voulu tester si c'était le bon code. Mais, comme il ne peut être utiliser qu'une fois pour entrer et une fois pour sortir. Impossible de renter le minibus ! Il a fallu négocier pour pouvoir rentrer.

Julien, patineur à Bourges, et batteur du groupe auquel appartient également Camille et Arno : "Les petits yaourts qui swinguent", les a rejoint.

Il est venu les mains pleines de bières et de sodas frais. Pour le bonheur de tous. Sans oublier pour chacun, une bouteille de Sirop Monin, une des spécialités de Bourges.

Nos patineurs ont une une pensée particulière pour l'ami Oui-Oui.

En entrant de le village de COUY, ils ont tous pensé à sa célèbre expression "Pas COUY mais bien cramé!"

Même loin de l'Essonne, les patineurs savent toujours rattacher leur périple à leur département. Ainsi, comment louper le panneau "Le château du Marais" quand ils l'ont croisé.

Et juste pour le plaisir....

2 commentaires

#1 vendredi 26 juillet 2013 @ 22:02 laurenceD a dit :

Salut les courageux !
Entre soleil intense et gravillons collants, tel sera le thème dominant cette année, mais votre bonne humeur régulière et endurante ne nous échappe pas à travers tous ces récits qui nous permettent de partager un peu de votre plaisir : MERCI pour nous tous !
Vous avez une belle collection de panonceaux originaux à votre actif , entre l'impopulaire de Belfort et le "spécial" Marc d'aujourd'hui, il faut s'attendre à tout, visiblement sur les routes de France. De beaux paysages, de belles rencontres, un vrai exploit sportif dans la bonne humeur et l'amitié... le roller que du bonheur !
Faites une bise à Julien, de la part, une voisine du château du Marais d'ici ...
Bonne route , roulez et profitez, plus que 2 et cela sera déjà la fin....
ps: pourquoi 2 chauffeurs dans le minibus, comme s'ils avaient flairé la descente.... auraient-il mieux potasser le roadbook que Tom et Tom ?

#2 samedi 27 juillet 2013 @ 15:03 cécile a dit :

Bises à toute l'équipe d'aventuriers de la route et bon courage pour ces deux derniers jours. Marc, t'as pas fini de pisser partout où tu passes non ? ;-)